Bernard Meney

Né à Montréal en 1953, Bernard Meney, est diplômé des Grands Ballets Canadiens et du Conservatoire d’Art dramatique de Montréal (1977).

En Europe, il danse pour le Ballet du XXe siècle de Maurice Béjart, le Ballet du Capitole de Toulouse, le Ballet de Wallonie (Belgique) et le Ballet de Montréal E. Toussaint. Au Québec, il joue les Marivaux, Goldoni, Brecht, Shakespeare et Molière au Quat’Sous, au TNM, au Rideau-Vert et à la NCT. Il travaille sous la direction de Paul Buissonneau, d’Olivier Reichenbach, de Denise Filiatrault, de Daniel Roussel et de Guillermo de Andrea. Il travaille au cinéma, aux téléromans et dramatiques de la télévision des années 80. Puis il participe à l’aventure du Théâtre Ubu de Denis Marleau (Cœur à gaz de Tzara, La centième nuit de Mishima, Oulipo show de Queneau, Merz opera de Schwitters,Cantate grise de Beckett). Il y rencontre les chorégraphes Edouard Lock, Ginette Laurin et Daniel Léveillé. Quelques incursions dans la comédie musicale : La vie parisienne, Napoléon, La veuve joyeuse et La chauve souris à l’Opéra de Montréal, Gala de Baillargeon-Ferland etIrma la Douce (2003).

Après un stage de mise en scène à la Comédie-Française (1993), il monte des créations, notamment à l’École Nationale du Cirque de Montréal (1995) et poursuit parallèlement un travail de recherche en scénographie aux Beaux-Arts de Rome (1997). Responsable des Arts de la Scène au Centre Culturel Canadien de Paris en 2000, il revient au Québec interpréter On purge bébé de Feydeau-Haentjens au Rideau-Vert en 2003. Il participe ensuite aux Forêts de W. Mouawad, représentées à l’Espace Go, au Trident, au Centre National des Arts, dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes (Festival d’Avignon 2009), et au Théâtre National de Chaillot (Paris 2010). Il met en scène L’heure où nous ne savions rien l’un de l’autre de P. Handke pour l’Option-théâtre du Cégep Lionel-Groulx et Les pas perdus de D. Bonal à l’École Supérieure de théâtre de l’Uqam. Il crée le solo Comment on dit ça, t’es mort en anglais? de C. Guilmain et L.Naubert pour le Théâtre La Tangente de Toronto. Plus récemment, il est de Cendresd’Atik Rahimi, adapté par Jérémie Niel pour Pétrus (FTA – La Chapelle en 2010), de L’Implorante et de Requiem pour un trompettiste pour La Tangente (Espace Libre 2012) et de la reprise de l’Oulipo Show de Denis Marleau à l’Espace Go. Il est de la création de Nathan d’Emmanuel Schwartz au CNA et au FTA, édition 2012.